Amélie Mauresmo

La carrière d’Amélie Mauresmo (née le 5 juillet 1979 à Saint-Germain-en-Laye) a commencé comme tout rêve de petite fille. C’est en regardant Yannick Noah gagner à Roland-Garros en 1983 qu’Amélie a décidé de s’initier au tennis. Elle n’avait que 4 ans. De la, se sont accumulés les succès jusqu’à atteindre le rang de numéro un mondiale à la WTA en 2004 puis en 2006.

Avec un revers remarquable, elle se fait connaître du grand public pour la toute première fois en 1999 , à l’âge de 19 ans, lors de la finale de l’Open d’Australie qu’elle perd contre Martina Hingis. Ce fut aussi l’occasion pour elle de révéler son homosexualité.

Malgré un certain manque de confiance en elle, Amélie a enchaîné des résultats extraordinaires, et décroche même une médaille d’argent aux Jeux Olympiques d’Athènes en 2004.

Elle enchaine ensuite les succès, notamment en 2006, a commencer par le Grand Chelem de Melbourne, l’Open Gaz de France et le tournoi d’Anvers, et une série sublime de 15 victoires consécutives.

Mais en 2007, Amélie retombe lourdement au rang de 18ème mondiale suite à des défaites de plus en plus nombreuses. Elle essaie péniblement de revenir au meilleur de sa forme, mais décide, le 3 décembre 2009, non sans difficultés, de convoquer la presse pour annoncer officiellement la fin de sa carrière.

Malgré une fin de carrière difficile, Amélie Mauresmo reste a ce jour la Francaise la plus titrée avec 25 titres WTA à son palmarès, devant Mary Pierce et Julie Halard.

Elle a ainsi été nommée Chevalier de la Légion d’Honneur par Jacques Chirac le 16 mars 2006. Elle s’est aussi essayée au cinéma en jouant dans “Les 11 Commandements”, puis en interprétant une sportive au nom d’Amélix dans le film “Astérix aux Jeux olympiques”.

Depuis, elle est devenue consultante de France Télévisions a l’occasion de Roland-Garros 2010 aux cotés de Lionel Chamoulaud.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *